Ref. : 3567-10

 

 

Pendule Orientaliste-
Maison Charles Oudin, Palais Royal à Paris

 

 

Origine

France, Paris, vers 1860

H : 42,5 cm / 16,7 in.
L : 18,5 cm / 7.3 in.
P : 18,5 cm / 7.3 in.

 

Description

N° 21

Une Pendule « Ottomane »  à décor orientaliste en bronze argenté et doré repercé et surmonté d’un dôme et d’un croissant.
Mouvement rond dit de Paris, à chaperon sur timbre à l'arrière, suspension à lame, sonnerie des heures et des demi-heures.

 

Signature

Signature : « Ch. Oudin / Palais Royal, 52 » gravée en lettres cursives sur la platine arrière du mouvement.

Signature poinçon du fabricant du mouvement : « . JAPY FRERES & Ce . / EXPOSITION / 1855 / GRANDE / MED. / D'HONNEUR » sur la platine arrière du mouvement.

Numeros poinçonnés  : « 1010 / 4. 8 »

 

 

 

 

1

 

Notes

Ce très élégant modèle s'inspire de l'orient pour ses motifs et des horloge-tours de la Renaissance et du XVIIe siècle dans sa forme et sa composition. Avec une son argenture et sa dorure d'origine.

 



En savoir plus...

 

Biographie


Maison Charles Oudin (1801- à nos jour), maison d'horlogerie.

En 1801 Charles Oudin, élève de Breguet, établit son atelier dans le Palais-Royal.
En 1836, il cède son fonds de commerce à son fils Charles Raymond, qui continue l'activité de son père.
Vers 1857, ce dernier cède la maison Charles Oudin à Amédée Charpentier et prendra alors le nom de « maison Oudin-Charpentier » et poursuivra ses activités au 52 Palais Royal et au 30 rue Montpensier.
Sous la direction de Charpentier, la maison prend une dimension internationale, avec des adresses ou des représentants à Londres et New York.
En 1899, la maison est transférée au 17, avenue de l'Opéra.

La maison Charles Oudin a participé aux grandes expositions, d'abord nationales; les Expositions des Produits de l'Industrie Française, puis internationales telles que l'Expositions Universelle de Londres de 1862 et l'Exposition Universelle de Paris en 1867 où il est présenté comme « Horloger de leurs Majestés l'Empereur [Napoléon III] et de l'Impératrice et de la Marine Impériale [...] » (The Art Journal).

Aujourd'hui après avoir changé de formes et de raisons sociales et avec des interruptions, la maison Charles Oudin est intallée au 8, Place Vendôme à Paris.

 

Bibliographie

Revue :
« The Illustrated Catalogue of the International Exhibition 1867 », published with The Art Journal, vol. X, London & New-York, Ed. James S. Virtue, 1867-1868, p. 152 et ill. p. 152 .

Livres :
Tardy (H.L. + H.L.), Dictionnaire des Horlogers Français, Tardy, Paris, 1971.
Kjellberg, (P.), Encyclopédie de La Pendule française du Moyen Age au XXe siècle, Ed de l'amateur, Paris, 1997, ill. p. 484, p. 514.
Von Bassermann-Jordan (E.), Von Bertele, (H.), Montres, pendules et Horloges, Presses Universitaires de France, 1964.